Newsletter

Subscribe to the MidNight Shop mailing list to receive updates on new arrivals, special offers and other discount information.

omega31
omega31 (2)

OMEGA3.1

20,00

NUTRILUX OMEGA 3.1: la solution naturelle et efficace

Vous avez certainement déjà entendu parler du « bon » et du « mauvais » cholestérol. Comment les différencie-t-on ? Comment favoriser plutôt le « bon » que le « mauvais » cholestérol ? Parfois,
changer son alimentation ou son hygiène de vie n’est pas suffisant…

Pour améliorer les résultats, il faut manger varié et équilibré et pratiquer une activité physique régulière.

Nous vous présentons l’une des méthodes les plus efficaces : les compléments alimentaires enrichis en Oméga 3.

Recommandé avec NUTRILUX PROBIO

En stock

+ -
  • Tab title
  • Fiche Technique
  • Composition
  • Conseil d'utilisation
  • Allégations

Le « bon » et le « mauvais » cholestérol : quelle différence ?

Le « bon » cholestérol est le nom donné au cholestérol HDL, tandis que le « mauvais » cholestérol est celui que l’on donne au cholestérol LDL. Tout le monde sait que le cholestérol est l’un des principaux facteurs de risques cardiovasculaires.

Cependant, ce n’est pas si simple : il existe deux formes de cholestérol, l’une qui est mauvaise pour les artères (le « mauvais » cholestérol ou HDL), et l’autre qui est au contraire plutôt bénéfique (le « bon » cholestérol ou LDL). La différence entre les deux formes de cholestérol vient des protéines qui les composent : les lipoprotéines à haute densité (« high density lipoprotein » ou HDL) pour le bon cholestérol, et les lipoprotéines à faible densité (« low density lipoprotein » ou LDL) pour le mauvais cholestérol. Les HDL ont un rôle essentiel pour l’organisme puisqu’elles vont transporter des artères vers le foie les molécules de cholestérol, autrement dit les graisses. Cela facilite l’élimination du cholestérol via le tube digestif. Elles permettent ainsi de réduire le taux de cholestérol dans le sang. Pour que son action protectrice soit efficace, il est recommandé d’avoir un taux de cholestérol HDL supérieur à 0,35 g/L de sang.

Quant aux LDL, elles favorisent au contraire le dépôt des molécules de cholestérol sur les parois des artères, formant ainsi des plaques de graisse (plaques d’athérome). Plus le taux de mauvais cholestérol sera faible, plus le risque cardiovasculaire sera logiquement bas ! Il est recommandé de ne pas dépasser 1,6 g/L de taux de mauvais cholestérol, voire 1,3 g/L si vous présentez l’un des facteurs de risque cardiovasculaire (diabète, âge, obésité, antécédents familiaux…). Lorsque vous effectuez une prise de sang, vous pouvez voir non seulement le détail des taux de cholestérol LDL et de cholestérol HDL, mais aussi le taux de cholestérol total qui équivaut au rapport entre HDL et LDL. Il est recommandé de ne pas dépasser 2g/L pour le taux de cholestérol total.

Les bienfaits des Omégas 3 sur le rapport entre bon et mauvais cholestérol

Si vous avez un taux de cholestérol trop élevé, il y a de multiples manières de le faire baisser : changer son alimentation (consommer moins de graisses animales, privilégier les fibres et les antioxydants, miser sur les acides gras insaturés…), limiter le sel, arrêter le tabac, faire plus de sport… Parmi les nutriments efficaces pour stabiliser votre taux de cholestérol, on trouve les Oméga 3.

Il existe trois types d’Omégas 3 : ALA, EPA et DHA. Ces acides gras polyinsaturés sont une véritable mine de bienfaits, notamment pour vos artères : antioxydants, antiinflammatoires, bons pour le cœur… Ce sont des acides gras dits « essentiels » car notre corps ne les fabrique pas de lui-même. En stimulant la production de HDL, les omégas 3 permettent de plus de stabiliser le taux de cholestérol total. On trouve les omégas 3 essentiellement dans les poissons gras (saumon, maquereau, espadon, sardines, thon…) et fruits de mer (coquilles Saint-Jacques, moules, huitres), dans certaines huiles (huile de soja, huile de noix), dans certaines oléagineux (noix surtout, mais aussi noisettes, pistaches, amandes), ou encore dans certains légumes (avocat, chou-fleur) et végétaux (laitue, épinard, cresson, mâche et germe de blé). Ironiquement, on en trouve également dans des produits souvent déconseillés dans le cadre d’un régime anti cholestérol : les œufs, les produits laitiers, ou encore le beurre. Bien sûr, la plupart de ces aliments contiennent une faible quantité d’omégas 3, et comme il faut avant tout manger varier, il peut être difficile de faire sensiblement baisser son taux de cholestérol simplement en misant sur les aliments riches en Oméga 3 !

Les compléments alimentaires pour faire le plein d’Omégas 3

NUTRILUX OMEGA 3.1, un complément alimentaire composé d’EPA (18 %) et de DHA (12 %). Pour un effet optimal, il est conseillé de consommer une capsule de 250 mg de complément par jour au minimum.

Poids : 42 gr Contenance : 30 capsules
Liste des ingrédients pour 3 capsules : Huile naturelle de chair de Poissons Sauvages: 3000mg (contenant au minimum 900 mg d’Omégas3 dont: 18% acide eicosapentaénoïque (EPA), 12% acide docosahexaénoïque (DHA), Vitamine E: 3àmg (250% des AJR). Tunique: Gélatine (glycérol, eau). Contient des dérivés de poisson.
2 à 3 capsules par jour. Complément alimentaire à base de poissons. À consommer avec une alimentation variée et équilibrée associée à un mode de vie sain. Respecter les doses journalières indiquées. Tenir hors de portée des jeunes enfants.
L’acide docosahexaénoïque (DHA) contribue au fonctionnement normal du cerveau. * L’acide docosahexaénoïque (DHA) contribue au maintien d’une vision normale. * L’acide docosahexaénoïque (DHA) contribue au maintien d’une concentration normale de triglycérides dans le sang. ** *Nous informons les consommateurs que l’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 250mg de DHA. **Nous informons les consommateurs que l’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 2 g de DHA et que la consommation journalière complémentaire d’EPA et de DHA confondu ne peut dépasser 5 g.   L’acide docosahexaénoïque (DHA) et l’acide eicosapentanénoïque (EPA) contribuent au maintien d’une pression sanguine normale. * L’acide docosahexaénoïque (DHA) et l’acide eicosapentanénoïque (EPA) contribuent au maintien d’une concentration normale de triglycérides dans le sang. ** L’acide docosahexaénoïque (DHA) et l’acide eicosapentanénoïque (EPA) contribuent à une fonction cardiaque normale. ***

*Nous informons les consommateurs que l’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 3 g de DHA et que la consommation journalière complémentaire d’EPA et de DHA confondu ne peut dépasser 5 g. ** Nous informons les consommateurs que l’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 2 g de DHA et que la consommation journalière complémentaire d’EPA et de DHA confondu ne peut dépasser 5 g. *** Nous informons les consommateurs que l’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 250mg de DHA.